je l’attends.

J’ai poussé le portail.
Comment se fait-il qu’il soit fermé ? Je l’ai ouvert tout grand. Et comme chaque soir, je m’assois sur un des bancs près d’un mur.

Je l’attends.

Et je m’inquiète. D’habitude, depuis des mois, il est aussi ponctuel que moi. Ce soir, il ne vient pas, il n’est pas là à jaillir de l’allée. Je marche un moment d’un côté, puis reviens sur mes pas, m’assois à nouveau, le cabas est lourd sur mon bras.

Depuis des mois, on se retrouve ici, vers 16 heures. On s’étire au soleil, on se colle sous le parapluie quand il pleut. On papote.

Il n’est pas là. Je commence à imaginer tous les accidents possibles : il est passé sous une voiture, il a percuté un vélo, il a été battu par des voisins mécontents, il est enfermé quelque part. Et chaque image me fait blêmir d’angoisse. Je me rapetisse sur ce banc, je deviens vieille soudain, toute ratatinée.
C’est que la solitude, je connais. Rentrer chez moi, allumer le poste de télévision, fermer la fenêtre pour ne pas entendre les disputes du premier ou les chamailleries des enfants du troisième. Regarder le film se dérouler sans rien comprendre, manger un bout en continuant à ne rien comprendre, éteindre la lumière, me coucher et ne pas dormir parce que les bruits de la nuit encombrent mon minuscule appartement.

Alors mon rendez-vous de seize heures occupe mon esprit. Je pense à lui, à ce qu’il fait de ses nuits, à ses promenades sur les quais, à ses copains du quartier, ces vagabonds de la Seine qui cherchent pitance et ne la trouvent pas toujours. Je prépare le cabas avec mes petits moyens pour lui, pour qu’il ne dépérisse pas.

Pourquoi ne vient-il pas ?

Enfin, je l’aperçois, avec son allure fière, sa tignasse rousse. Il arrive à pas de velours comme toujours. Je me lève, impatiente et je me fige.
Il est suivi de cinq minuscules reproductions rousses. Ses enfants ? Je le croyais solitaire. Et je comprends que ce n’est pas Tonio que j’aurais dû l’appeler ! Je ne me suis jamais préoccupée de son sexe, à vrai dire … et arrive une mère avec toute sa portée.

Ciel ! Comment je vais faire pour nourrir tout ce monde ? Si j’avais les moyens je les prendrais chez moi.

Il vient se coller contre mes jambes, oh ! Flûte ! Elle vient se frotter comme chaque soir tout contre moi et me les présente. Qu’ils sont mignons et dégourdis déjà ! C’était ça son retard ! Ils n’allaient pas à son allure, elle devait veiller à les amener sans qu’ils s’égarent.

Il faut que je leur trouve un foyer, il y a sûrement encore des gens qui aiment les chats.

Publicités

8 réflexions au sujet de « je l’attends. »

  1. Azalaïs

    ma fille me dit que nous sommes devenus gagas avec nos chats, je vois que nous ne sommes pas seuls à nous inquiéter
    Nous avons un chat noir qui vient juste quémander sa pitance mais ne se laisse pas approcher et quand il ne vient pas, nous aussi nous sommes inquiets
    La semaine dernière avec ma belle soeur, c’est toute une chaîne que nous avons organisée pour retrouver la propriétaire d’un chat amoché par une voiture
    C’est une très belle histoire, j’imagine bien la scène, cette chatte rousse toute fière de te présenter tous ses petits
    bises et bonne journée

    J'aime

    Répondre
    1. polly Auteur de l’article

      Si devenir gaga signifie qu’on s’inquiète par amour pour ses chats, alors je le suis! Et tant mieux. L’amour n’est pas exclusivement humain, et ils ne nous le rendent bien. J’avais aussi, une époque, un chat vagabond, il passait, on le nourrissait… puis on a déménagé, mais les gens qui nous ont remplacé ont continué à le faire.
      Bises Aza.

      J'aime

      Répondre
    1. polly Auteur de l’article

      J’ai trois chiens à la maison et un chat-chien 🙂
      Parce que le chat a toujours vécu avec des chiens, il joue avec eux, et c’est lui le ROI!

      J'aime

      Répondre
  2. Quichottine

    J’ai beaucoup aimé te relire ici, Polly.
    C’est vraiment un texte magnifique dont la fin m’a surprise mais à laquelle, finalement, te connaissant, j’aurais dû m’attendre.

    J’adore l’idée de ton chat-chien. :))

    Passe une douce soirée. Je t’embrasse très fort.

    (Nous allons demain à Lille chercher les livres. Ils sont prêts depuis vendredi… je suis ravie, j’espère qu’il n’y aura aucun souci et que tous seront bien postés mardi.)

    J'aime

    Répondre
  3. Quichottine

    J’ai pris tant de retard chez toi… et partout !
    Mais je vais me régaler, rien qu’à lire les lignes déjà découvertes sur les derniers articles de ton espace. 🙂


    Je passe rapidement ce soir, je vous prie de m’excuser pour ce copier-coller.

    Je me remets difficilement d’un méchant virus qui m’a clouée chez moi depuis jeudi dernier alors que mes petites-filles m’avaient éloignée de mon écran pendant le temps de leurs vacances.

    Mais je ne vous ai pas oubliés. Vous êtes les acteurs du succès de notre dernière anthologie.

    Pour en savoir davantage, quelques mots là-bas, en avant-première :

    http://les-anthologies-ephemeres.over-blog.com/article-cocorico-120953645.html

    Merci encore et douce soirée.

    Quichottine

    J'aime

    Répondre
  4. almanito

    Je ne m’attendais pas du tout à la chute, juste une hésitation quand tu dis « je ne me suis jamais préoccupée de son sexe », la façon de le dire n’est pas dans ta manière:) s’il s’agit d’un humain!
    Gaga? J’ai eu 2 gros chiens et un chat/chien à une époque, je n’ai plus qu’une chienne et une chatte autoritaire, nourrie à la viande. Je mange des pâtes:)

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. polly Auteur de l’article

      Ta lecture est fine… évidemment c’était l’indice fatal! 🙂
      Moi aussi je mange végé et mes animaux carnivores mangent de la viande.
      Il y a ici deux chiennes, cinq chats et quatre poules…
      De quoi occuper les journées.

      J'aime

      Répondre

vos traces

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s