Paresse auvergnate.

Il ne fait pas toujours beau en Combrailles.

Mais qu’importe, on se promène, on se prélasse, on jardine de temps en temps et on regarde pousser l’herbe et les fleurs et les poireaux…

J’ai trouvé deux lutins pour ma Joëlle et en pensant très fort au lutin bleu qui s’est pétrifié pour quelques temps sous le balcon de Quichottine.

Ceux-là, sont des rêveurs, Jojobijou et Michoubidou causent sur le pont du bassin qui n’est pas d’Avignon mais qui pourrait…  je m’égare à les écouter compter les nuages.

18119047_1495536407131356_1311084422005767977_n

Il ne pleut pas toujours… mais il pleut souvent, surtout quand je viens passer le mois de repos mérité… ou pas…

On se promène, beaucoup, Gaïa oblige. Y compris sous un ciel de moisson.

18489502_1904125663193246_6893744289431911397_o

Et j’aime ce petit étang, si solitaire avec ses hêtres qui m’enveloppent même sous la pluie.

18423861_1517994668218863_5298493575673733424_n

18491578_1904125313193281_4197674999247230514_o

Un étang où Joëlle danse en parapluie sous un soleil clin d’oeil et où Gaïa regarde en bâillant nos folies douces.

18447052_1904158899856589_4113860736559596026_n

Cette Auvergne verdoyante donne de la force et des sourires en cascades pour me permettre de supporter bientôt toute la chimie de la vallée du Rhône.

Ici je n’écris pas (ou peu), ici je ne lis pas (si peu), ici je profite de chaque moment, je mène en paix ce petit chemin de vie qui chante encore sur mes deux jambes.

DSC_0363

Ici je m’émerveille toujours.

DSC_0348

 

 

Publicités

13 réflexions au sujet de « Paresse auvergnate. »

    1. polly Auteur de l’article

      C’est un trou de verdure où chante un étang… oui, c’est reposant car nous sommes en compagnie des arbres, des oiseaux et de nos animaux familiers.
      Bises Zaza.

      J'aime

      Répondre
  1. Azalaïs

    Comme je te comprends, la nature nous console de tant de mots , joie des humains et joie des chiens
    et toi tu as eu le courage de te montrer avec ta cape de pluie, ça me rappelle un chemin de tempête au mois d’avril où je suis arrivée trempée comme une soupe dans une ferme du Béarn
    Avoir un tel lieu de repos est une chance rare qui devrait t’inciter à écrire un peu plus, je me faisais du souci pour toi

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. polly Auteur de l’article

      Ici, c’est bottes et cape de pluie la plupart du temps, sauf ces derniers jours où la chaleur s’est invitée royalement. Écrire, oui, bien sûr, mais j’ai la tête vide…. 🙂
      Peut-être se remplit-elle et que surgiront quelques fantaisies quand je serai enfermée dans l’appartement paternel car il fera si chaud dehors, que ce sera ma seule source.
      Qui sait?
      Sans les arbres, l’eau, le ciel, les oiseaux, mes compagnons animaux et mon couple d’amis, je ne survivrais pas à la corvée qui m’attend. Heureusement je pars aussi de temps en temps faire quelques escapades dans mes Alpes. Ce peu préserve de l’ennui… l’écriture viendra si elle veut entre deux. Merci pour ta présence chaleureuse.
      Bisou tendresse.

      J'aime

      Répondre
  2. almanito

    Sympas ta balade et tes photos. Que demander de plus que ce bonheur tout simple, une chouette copine, une chienne et un ciel de moisson? Encore faut-il avoir le regard et le coeur ouvert pour l’apprécier 🙂 Merci Polly de partager ce doux moment.

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. polly Auteur de l’article

      Les balades sont parfois répétitives car c’est matin et après-midi.
      On prospecte de temps en temps, et il faut alors prendre la voiture c’est moins drôle.
      Aujourd’hui c’est canicule, Gaïa attend derrière mon dos que je daigne partir avec elle jusqu’à l’étang, mais j’entends d’ici les rires des derniers vacanciers… on va attendre qu’ils reprennent la route. 😉
      Ainsi, tu étais en Auvergne… mais c’est vaste comme pays. Si tu es venue jusqu’à Vulcania ou au Puy de Dôme, nous étions à 1/2h de route l’une de l’autre.
      Argh! Préviens quand tu sors de ta Corse.
      🙂

      J'aime

      Répondre
  3. Quichottine

    Tu dis que tu n’écris pas, mais tu écris pourtant, sur le grand livre de tes pensées, tu engranges des souvenirs qui reviendront en temps utile.

    C’est merveilleux de t’imaginer, de te voir ainsi, ton sourire n’a pas changé. 🙂

    Merci pour le lien, et merci pour ces deux magnifiques lutins. J’adore !!!
    Bisous tendres, ma Polly. Passe une douce soirée.

    J'aime

    Répondre

vos traces

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s