la répétition.

2018 est là, si vite, si vite… et  je vous souhaite tout le meilleur pour les 364 jours qui suivent, juste le meilleur.

Comme je suis d’une vague fainéantise en ces temps frileux et que j’ai retrouvé ce texte inspiré d’une expérience théâtrale, je vous offre ce méli-mélo d’une répétition tout à fait ordinaire.

 

 

 

– Si j’accepte, à contrecœur, d’être le chœur antique de ce conte, c’est à moi de décider où il commence.
– Non, non ! non ! dit Mick, mets-y plus de cœur Kid.
– Comment ça puisque c’est à contrecœur ?
Et les petits rires s’engouffrèrent sur la scène. Kid était un spécialiste des petites phrases amusantes qui savaient détendre l’atmosphère. C’est vrai qu’il n’avait pas mis le ton, mais il avait des excuses. Ils étaient tous exténués par leur matinée de répétition. Le metteur en scène ne l’entendit pas de cette oreille.
– S’il te plaît, Kid, gonfle ta voix, tu es agacé, songes-y, et sois plus souple, on dirait un fromage moisi posé sur la scène.
– Moisi, moisi, t’y vas fort ! T’as vu comme je suis engoncé dans ce costume de carton-pâte? Moi-z-y peux rien si je peux pas bouger à l’aise.
– Bon, on va appeler Marine, elle trouvera bien une solution. Qui l’appelle ?
– J’y vais chef !
– Merci Camille.
– Peuh ! Elle va en profiter pour aller fumer ! Pendant que nous on n’a même pas une pause, rouspéta une des actrices toute vêtue de blanc. Bon ! On fait quoi, là ? On continue ou on attend que le fromage s’assèche ?
– On continue, dit Mick, on continue! On n’est pas prêt les enfants ! Pas prêt du tout. Où est Daria?
– Là ! J’ai faim, j’ai très faim. On pourrait pas s’arrêter ?
– Encore une demi-heure, Daria et promis on mange…. Julie, tu t’avances, on va régler la lumière. Val t’envoie la couleur.
Et la jeune femme tout en blanc devint violette.
– Non! Pas le violet.
– Le violet c’est plus religieux ; C’est la Pythie, pas vrai ?
– Je veux du mauve, c’est plus doux !
– Du mauve ? Comme ça ?
– Oh ! le beau rose ! rit la jeune Fabienne.
– Ne me mets pas du rose s’il te plaît Val, sinon j’explose.
– Ok ! Ok ! Ma douce !
La Jeune Daria réclama un petit quelque chose, son ventre gargouillait, il lui fallait manger sinon elle ne répondait plus de rien.
– Deux minutes. Tu te tiens dans l’ombre de la Pythie, tu n’avances pas dans sa lumière. Tu n’es que le spectre d’Iphigénie.
– Alors on va jamais me voir !
– Tu es l’ombre ! La pensée de ta mère Clytemnestre qui veut te venger. Tu restes à l’orée de la Pythie.
– C’est gai ! On me verra même pas.
– Bon Julie, je t’écoute, Clara tu avances vers elle en même temps.
Et la scène s’enveloppa de mystère, pendant que la Pythie-Julie écartait les bras vers le ciel, qu’Iphigénie-Daria à la limite de l’auréole mauve dansait doucement sur deux pieds et se tenait le ventre (elle avait faim), Clytemnestre-Clara auréolée d’une faible lumière blanche avançait sur le bord de la scène.
– C’est un jour pareil à tous ceux qui se sont succédé durant les 9 ans ayant suivi ma résurrection, et j’implore les Dieux d’Olympie, merde ! Je me trompe toujours ! De l’Olympe !
– Heureusement que tu n’as qu’une réplique ironisa Clara qui attendait sagement de prendre le relais.
A ce moment arrivèrent Marine et Camille chargées de grands plateaux bourrés de sandwiches et de boissons variés. Elles furent accueillies avec des cris de joie, même Anaïs lâcha son bouquin pour rejoindre le groupe sur scène et manger un morceau. Mick se frottait les yeux de découragement. Puis descendit les quelques marches et s’assit dans le cercle où on s’amusait ferme en détournant les répliques tragiques. Daniel qui interprétait Agamemnon développait une tirade d’une voix lugubre et amplifiée, insérant « saucisson » « cornichon » « p’tits oignons » en rimes endiablées. Toutes les mimiques de Cassandre-Anaïs prédisaient l’avenir catastrophique de l’après-midi qui s’annonçait mais bien sûr personne ne la crut. Camille la scénographe faisait pourtant grise mine. Elle cherchait une solution à ce rideau rouge qui devait tomber pile poil sur le Chœur après le trépas des amants. Nana, la musicienne, chantonna avec Marine la costumière, un vieux tube de Dave « du côté de chez Swann » détourné par Kid qui ajoutait des hics et des hocs. Daria se taisait ou plutôt mangeait. Mick se taisait ou plutôt réfléchissait. Clara-Clytemnestre et Fabienne-la-pauvre-Electre, se chipotaient trois chips dans le fond d’un sachet. Ambiance détendue après ce matin accablant. Mick demanda à Agamemnon-Daniel de trouver le ton juste pour la réplique impossible du sourire.
– Tu comprends, tu es en mini monologue, ton ironie est féroce.
– Non, je ne comprends pas tout, ce passage n’est pas clair. Je suis pas encore mort, je vais être assassiné dans trois secondes et je le regarde comme si c’était moi qui allais le tuer. Et puis un scholiaste, vraiment est-ce que j’ai une gueule de scholiaste ?
– C’est quoi un scholiaste, demanda Daria, la bouche pleine.
– Un pédant! répondit Kid, enfin un prof de français, ceux qui t’expliquent les textes, tu vois ?
– Ah ! bon ! Et pourquoi ils sont pédants ?
– Mais non, ma fille, Kid raconte n’importe quoi, d’abord ce ne sont pas des profs de français, ce sont des gens qui pour t’aider à comprendre des textes anciens, ajoutent des petites notes en bas, répondit Clara, rouspétant contre Kid et son inculture.
– Donc « Je me rends compte que le sourire dont je le gratifie… » tu es sûr pour gratifie ? parce que ça me paraît un peu hypocrite, dit Daniel.
– Oui, je suis sûr, n’appuie pas sur ce mot, laisse couler, répondit Mick.
– Dont je le gratifie est aussi FÉROCE ?
– Non, cool, n’en rajoute pas, cool. Tu es le plus fort, tu ne sais rien de ce qui t’attend. Orgueilleux comme jamais.
Ainsi Agamemnon-Daniel se leva, s’éloigna du groupe qui s’était calmé et se reposait tranquillement.
Tout à coup, il éleva la voix, elle venait d’un long travail de respiration et la salle s’emplit de sa magie. Tous l’écoutaient avec attention et admiration. Il maîtrisait le phrasé, il maîtrisait le sens, tout coulait normalement quand on entendit un grand crac. Sous le rideau rouge qui venait de tomber sur Daniel le son mesuré de sa voix continuait de soliloquer pendant que les rires accompagnaient sa tirade. On l’entendait sous le velours et on se moquait de son invisible sourire terrifiant, on riait du lettré civilisé empêtré dans le rouge passion, mais imperturbable la voix enflait et continuait inlassablement à répéter :
– Je me rends compte que le sourire dont je le gratifie est aussi féroce que joyeux, un sourire terrifiant, et que je n’ai plus rien de commun avec un scholiaste, un lettré civilisé.

Publicités

2 réflexions au sujet de « la répétition. »

  1. almanito

    Plus vraie que nature, cette scène, c’est comme si on y était, tu es faite pour ça Polly!
    J’ai assisté à plusieurs reprises à des répétitions, soit pour le cinéma soit pour le théâtre, on a l’impression que rien ne se passe, que tout le monde se perd dans des tas de détails et considérations qui n’ont rien à voir avec le scénario et que tout le monde s’en fout et.. tout d’un coup la magie opère.

    Aimé par 2 personnes

    Répondre
  2. Quichottine

    En te lisant, j’avais en mémoire Le passé recomposé… et Coma.
    Il y avait Philippe Garin et ses mots :
    « Il y a les êtres dans l’espace de la vie.
    Il y a les mots dans l’espace de la page.
    Entre les mots et les êtres, il y a des chemins secrets, imprévisibles.
    Toute une géographie à explorer. Ou mieux encore, une sorte de géologie.
    Chacun devient alors mineur de fond et chercheur d’or.
    Écrire c’est se convier à un voyage aux rivages et aux contrées de l’intime. »

    Ce moment que tu nous offres aujourd’hui est plein de vie, d’êtres un peu magiques.
    Tu es une chercheuse d’or, Martine, et tu ne rentres jamais les mains vides.

    Passe une douce journée. Je t’embrasse très fort.

    Aimé par 2 personnes

    Répondre

vos traces

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s